Grindr, Hornet, Camlad : Les nouveaux réseaux.

01 novembre 2013 par

A chaque génération ses techniques de drague. Il fut un temps ou les petites annonces étaient de mise, les réseaux téléphoniques et leurs B.A.L. (boites aux lettres vocales) indispensables, les rendez-vous sur minitel monnaie courante… Même le bon vieux site de rencontres est devenu « has been »…

La nouvelle façon de draguer est plus rapide, géolocalisée et instantanée. Il suffit d’un téléphone et d’une petite application pour trouver un plan près de chez soit en seulement quelques minutes. Ce nouveau phénomène se nomme Grindr et a d’ores et déjà totalement révolutionné les rencontres chez les gays. Depuis, les applications poussent comme des champignons, mais faut-il pour autant reléguer les bonnes vieilles techniques au placard ? Tour d’horizon de la drague gay en 2013 et de ce que nous réserve l’avenir…

Intemporel : le lieu de drague

C’est le plus ancien et celui qui résiste le plus aux nouvelles technologies. Que l’on soit jeune, vieux, beau, moche, noir, blanc… Le lieu de drague reste la valeur sure pour qui aime le sexe sans s’encombrer des détails.

De tout temps, les hommes ont arpenté les plages et les forets la nuit tombée. Chacun circule dans la pénombre, trouve un partenaire, fait son affaire puis s’en va sans même demander le prénom de la personne qui viens de lui rendre service. Le lieu de drague a cependant lui aussi changé et s’est démocratisé grâce à l’apparition des bars « cruising » et des saunas. Certains préfèrent ces endroits à l’abris des regards indiscrets et le confort de leurs installations (matelas, draps de bain propres, douches, capotes, etc…).

Le lieux de drague sert souvent de point de rendez-vous pour ceux qui ne veulent pas recevoir un inconnu chez eux. Il n’est pas rare non plus que certains chauffent 3 ou 4 mecs sur un réseau pour ensuite faire leur marché sur place.

En bref, le lieux de drague est un peu universel, intemporel, mais son ambiance ne conviens pas a tout le monde. Par exemple, les 18/25 ans ont un peu de mal avec ce genre d’endroit, même si ce n’est pas une généralité.

Grindr, Hornet, Camlad : Les nouveaux réseaux.

Oldschool : le réseau téléphonique

On aurait presque pu parler du minitel si il existait encore… Outil d’un autre temps, les 3615 MENCONTACT firent le bonheur de nombreux hommes accros aux petites annonces. Seul les réseaux téléphoniques avec boite vocale existent encore de nos jours, mais pour combien de temps ? Aux dernières nouvelles, les derniers réseaux existants rapportent toujours de l’argent a leurs propriétaires. Il suffit de regarder les annonces des journaux locaux pour s’en rendre compte. Un simple coup de fil suffit : on dépose un message sur une boite vocale et on attend que quelqu’un nous laisse un message… Ou l’inverse ! S’en suit bien souvent un rencart par messages interposés ou chaque minute est surfacturée par l’opérateur.

C’est presque la méthode la plus ancienne (après le lieu de drague) utilisée dans le milieu gay pour faire des rencontres. Il est d’ailleurs assez rare de nos jours de croiser un couple s’étant rencontré sur ce genre de réseau alors que c’était monnaie courante dans les années 80.

Internet : le site de rencontres

Il y en a de toutes sortes… Entre ceux qui datent des années 90-2000 et qui ne se sont pas renouvelés, ceux qui essayent tant bien que mal de copier le voisin, ou encore ceux qui sont de simples chat hétéros déguisés… Il y en a pour tous les goûts !

Pourtant, le site de rencontres a encore de beaux jours devant lui. En effet, ce dernier a su (en partie) évoluer avec son époque. Ainsi, il n’est pas rare que celui-ci soit désormais couplé a une application pour smartphone ou doté d’une version « mobile » (compatible téléphones et tablettes).

Si les anciens comme Citegay.fr, Zone-dial.com, ou même le très kitch Gaypax résistent toujours, ils drainent une clientèle d’habitués peu enclins a changer leurs habitudes. En général, l’internaute a du mal a bouger sauf si il n’est plus satisfait par le service. Il suffit parfois d’une petite innovation pour redistribuer les cartes. L’exemple le plus flagrant étant sans aucun doute Camlad.com, qui a su en l’espace de quelques mois faire parler de lui grâce a des fonctions jusqu’alors inédites.

Grindr, Hornet, Camlad : Les nouveaux réseaux.

Révolutionner la rencontre, c’est possible ?

Le site internet a pour lui le fait d’avoir démocratisé les rencontres. En effet, on passe du chapitre un peu glauque des lieux de drague et des réseaux a quelque chose de beaucoup plus « friendly ». On échange des photos, on discute… On y cherche même parfois l’homme de sa vie. D’ailleurs, tout ce petit monde aurait pu continuer ainsi pendant des années si un petit trouble fête n’était pas venu y mettre son grain de sel ! Son nom : Grindr.

Le 25 mars 2009 apparaît sur l’iPhone d’Apple une application qui va révolutionner le milieu gay. Plus besoin de remplir un profil long et fastidieux, Grindr permet de voir quasi-instantanément et de manière anonyme les mecs qui cherchent une relation dans un rayon de plusieurs kilomètres autour de vous. Ceci est rendu possible grâce aux services de géolocalisation intégrés dans les smartphones. Ainsi apparaissent, du plus proche au plus lointain, des dizaines d’hommes aux aguets avec le même objectif.

Mais il ne suffit pas de révolutionner le monde de la rencontre. Comme le fut le minitel en son temps, l’évolution des services est primordiale. Si Grindr est l’application actuellement la plus populaire, c’est aussi celle qui fonctionne le moins bien au niveau technique. De nombreux utilisateurs ont d’ailleurs migré vers la concurrence (Hornet et Scruff en tête), bien plus fiables au niveau de l’utilisation et disposant de plus d’options.

Grindr refuse d’ailleurs de s’adapter au marché et fait la politique de l’autruche (le service n’est pas disponible sur Windows Phone ou tablettes Android, la ou Scruff se fait actuellement une place de choix). Celui qui est numéro un aujourd’hui risque donc de devenir le has been de demain… Comme les vieux sites de rencontre, il gardera toujours une clientèle d’habitués, mais risque de se faire dépasser dans les années qui viennent si de profond changements ne sont pas de mises.

Grindr, Hornet, Camlad : Les nouveaux réseaux.

Et les réseaux sociaux dans tout ça ?

Facebook et Twitter sont également des zones de drague. Il suffit de s’inscrire aux bons groupes ou de suivre les bons hashtag.

L’avantage de Facebook est de disposer de groupes très spécialisés (comme par exemple les kiffeurs qui n’hésitent pas a faire des annonces publiques). Avoir des followers pour faire son marché est plus délicat sur Twitter (certains recommandent de chercher dans les tag de type Aussiebum ou Mylene Farmer). Pour faire bref, le réseau social permet de draguer, mais n’est pas vraiment adapté à l’exercice.

Peut on encore améliorer la rencontre en ligne ?

Alors que certains pensaient que Grindr était l’aboutissement de la drague virtuelle, un site de rencontres français a pourtant réussi l’exploit d’intégrer des fonctions innovantes. Camlad.com oblige le visiteur de disposer de 2 photos afin de lutter contre les faux profils (un peu comme nopicnodial). Cette contrainte, qui parait anodine, est très populaire auprès des membres du site. Camlad dispose également d’un « mappy » gay ou encore d’un système d’annonces avec candidatures, d’un système « multi-webcam »… Autant d’options originales que l’on ne trouve pas sur les simples applications pour smartphone.

Et l’amour dans tout ça ?

Il n’existe pas vraiment de site spécialisé dans les rencontres dites « sérieuses » pour les hommes. S’il est évident que la rencontre lors d’une soirée entre amis est pour beaucoup le meilleur moyen de trouver l’âme sœur, il est cependant très rare que cela arrive. C’est une simple question de probabilités.

Demandez autour de vous et vous verrez que pour la majorité des cas, l’on trouve son partenaire en boite de nuit, dans un bar, sur un site, une application, une plage, un réseau… En bref, partout ou il y a une concentration d’hommes à la recherche du bonheur.

Mais rassurez-vous, ces endroits et services en ligne sont fréquentés par beaucoup d’hommes qui, eux aussi, cherchent une relation stable et ne sont pas la « que » pour une consommation sans lendemain. C’est aussi a vous de faire en sorte que cette aventure se transforme en histoire romantique… ou pas !

Précédent

2 cas de divorces homosexuels

Suivant

Le meilleur ami gay gonflable

A voir également

  1. @Newman
    Je suis du même avis, la majorité des sites qu’on retrouve sur le web sont peu sérieux. Grindr c’est bien pour s’amuser, mais très superficiel.

Poster un commentaire