Une affiche qui divise

29 mai 2014 par

La mairie UMP de Pecq (Yvelines) a demandé à la société  JCDecaux de retirer des rues de sa commune une affiche publicitaire pour la marque de joaillerie Chaumet. Cette décision, mettant en scène deux femmes sur le point de s’embrasser,  fait suite à des plaintes d’habitants qui se seraient dit « choqués pour leurs enfants ».

SOS homophobie a condamné la décision de la mairie du Pecq. « En retirant cette affiche de l’espace public, elle pratique une censure inacceptable qui traduit et renforce la hiérarchisation des couples et des personnes selon leur orientation sexuelle. Le voile qui vient d’être posé sur cette affiche met en lumière une lesbophobie qui n’ose pas dire son nom« , estime l’association.

« Je comprends leur colère et j’en suis désolée », a réagi Laurence Bernard, maire de la commune de quelque 17.000 habitants. « Je suis atterrée et navrée de la polémique que tout cela suscite. Je voulais pacifier les choses. Je me disais qu’en les enlevant, je faisais un pas vers ces habitants et que je pourrais les amener à accepter l’évolution de la société sans les brusquer », a dit la maire UMP à l’AFP. « Je crois que ceux qui ont demandé son retrait n’ont même pas vu qu’il s’agissait d’une interprétation du mythe de Narcisse », déclare la maire qui se dit « tout sauf homophobe », rappelant qu’elle a célébré le premier mariage homosexuel de sa commune.

(source AFP et e-llico)

Précédent

La pub pour des chips qui fait peur aux homophobes

Suivant

Le mister Gay pro FN de Têtu

A voir également

  1. Franchement, en tant que simple citoyen, je ne vois pas où est le mal sur l’affiche. Si ce n’est une erreur de ma part, il y a d’autres pubs des accessoires et cosmétiques mettant la même scène sur les magazines.

Poster un commentaire